histoire_04
Castera aujourd’hui

Après le retrait de Dieter Tondera en 2010, Thomas C. Press, le fils de Carl E. Press, prend les commandes de la propriété. Il insuffle une nouvelle dynamique, en insistant sur la qualité (sélection des parcelles, tri rigoureux des raisins), et sur la renommée du Château.

La touche finale des travaux est donnée dans la tour, dont la rénovation a pris fin en 2011, et qui accueille désormais l’exposition des archives privées du Château.

Présent dans plus de vingt pays dans le monde, Château Castera défend avec ardeur la toute nouvelle reconnaissance « Crus Bourgeois ».

histoire_04-01
Thomas C. Press
histoire_04-02
histoire_04-03

histoire_03
1986 :
Le renouveau de Castera

Après la période chaotique de la fin du XIXe, dûe essentiellement à la mévente des vins provoquée par la crise phylloxérique, les Verthamon sont obligés
de vendre le Château Castera. Monsieur Destanque en profite, relance les ventes, se sépare de la propriété en 1922 au profit de Monsieur Degonde.
Cette famille conservera le Château Castera pendant près de 50 ans.

Au début des années 70, la société Alexis Lichine reprend le domaine et lui donne un élan commercial international.

En 1986, Carl E. Press (père de l’actuel propriétaire) et Dieter Tondera s’associent pour acheter le château Castera au négociant bordelais.
Un grand chantier de rénovation est alors entrepris. Pas un pan de mur où la truelle du maçon ne soit passée.
Pas un rang de vigne où le vigneron ne soit intervenu avec le plus grand soin.

histoire_03-01
histoire_03-02

histoire_02
Les Verthamon

Au XVIIIème siècle, le Médoc se lance dans la course à la vigne… Les aristocrates et les bourgeois de Bordeaux achètent des domaines,
se font construire des châteaux. En 1760, Marie-Anne de Verthamon hérite du château de son défunt mari dit la chronique.
Son neveu Martial Maurice de Verthamon construira le domaine viticole moderne.

La crise du phylloxera qui laissera le vignoble exsangue mettra fin à la dynastie des Verthamon. Elle avait assuré la renommée d’un château cité
dans la première édition du «Bordeaux et ses vins» de Charles Cocks paru en 1850. Les propriétaires qui suivront relatent le souvenir
d’hommes amoureux des lieux, des vrais vignerons qui avaient succombé au charme de Castéra.
Le château accèdera au rang de Cru Bourgeois lors du premier classement de 1932.

histoire_02-01

histoire_01
Une histoire riche en célébrités

L’histoire nous montre que du Moyen-Age à nos jours, le Château Castera a eu un passé très riche. L’origine de la propriété remonte à la féodalité.

En observant cette majestueuse bâtisse, on comprendra aisément que les hommes et les femmes qui y vécurent, y ont laissé une partie de leur âme.

Quelques exemples de propriétaires prestigieux qui se sont succédés à la tête du domaine : la famille d’Arsac, grande exportatrice de vin au XIVème siècle, Étienne de La Boétie, le célèbre humaniste conseiller au Parlement de Bordeaux, ami de Michel de Montaigne
dont le frère Thomas fût également propriétaire du Château Castera, ou encore les Marquis de Verthamon.
Tous contribuèrent au développement du vignoble.

Ces amoureux des lettres, du commerce ou de la vigne ont permis au Château Castera de traverser l’histoire sans dommage.

histoire_01-01
Vendanges 1923
histoire_01-02
Étienne de la Boétie
histoire_01-03
Château du Castera